Michel Armand DEMAI - Poésie
L'art d'écrire, le plaisir de lire !

Un drame, une tragédie, vient de frapper Paris, et le monde entier en est témoin, presque en direct. C'est l'horreur, la stupeur. Chacun se sent victime et éprouve le besoin de s'indigner.

Ce poème est un hommage, il est pour ceux qui restent, ceux qui ont eu de la "chance", ceux qui réalisent la cruauté de cet acte de violence.

Hier encore, Paris chantait, il était le symbole de l'amour et de la joie de vivre, aujourd'hui il pleure, il souffre, il se désole. Il s'interroge... que sera demain ? Que reste-t-il pour nos enfants ? Où s'en va l'espoir, la liberté ?

Comments

C'était une belle journée, pleine de chaleur et d'émotions, et de plus, une surprise m'attendait. En effet, à côté de la médaille d'or pour meilleurs recueils de poésie et du diplôme d'honneur en néoclassique, le prix "Servon(s) l'Europe" m'a été décerné pour l'ensemble de mes œuvres.

J'avais écrit, pour l'occasion, un joli poème intitulé Bretagne, en hommage à cette région magnifique, que j'ai offert au président du comité, Émile Audigier, pour le remercier de sa gentillesse.

Vous pouvez lire plus de détails, et voir quelques photos, dans l'album "Servon sur Vilaine".

 

Comments

 

Section Recueil de poésies

Mes deux premiers recueils ont gagné la médaille d'or au Palmarès du 5ème concours littéraire international 2015 des "Ateliers d'art de Servon sur Vilaine"

La remise des prix aura lieu dans la salle Georges Brassens, (Complexe Sportif), à Servon sur Vilaine, le samedi 9 mai à 14 heures.

Pour l'occasion, je prendrai l'avion le 8 mai à Amsterdam pour atterrir à Rennes vers 11 heures le matin. J'ai réservé une chambre d'hôtel pour deux jours à une dizaine de kilomètres de Servon. Je repartirai le dimanche après-midi vers 14 heures.

À côté de ça, un de mes poèmes a aussi gagné un diplôme d'honneur dans la catégorie poésie néoclassique.

Je suis très heureux et très honoré d'avoir gagné ce prix, cela me prouve que ma poésie a un impact favorable sur ceux qui la lisent. Quel meilleur compliment pouvais-je espérer ?

 

Comments

 

 

Vous en avez marre de lire les mauvaises nouvelles des journaux, de voir que la crise économique ne fait qu'empirer, que les guerres continuent, envers et contre tout ? Détendez-vous, lisez de la poésie.

 

http://www.lulu.com/spotlight/Mic_54

 

Comments (2)

Voici le lien pour décharger et installer mon appli "Tous des poètes…"

 

https://frsnappy.appypie.com/index/app-download/appId/f3cce69801d9

 

 

L'application est très simple, elle décrit qui je suis et permet de lire quelques poèmes, elle montre également des photos et vous permet de suivre en différé les deux émissions de radio RVB, où j'étais l'invité de Jean-Claude Delayre

Comments

 

Je me suis rendu à Chasseneuil le 17 mars 2018, charmante petite ville à côté de Poitiers, à deux pas du Futuroscope, pour la remise des prix de la SPAF.

En effet, sur 4 poèmes envoyés, 3 ont été primés, que j'ai récité avec brio, (sans fausse modestie). J'étais d'ailleurs le seul à connaître mes poèmes par coeur, mais bref... 

 

Prix Venus, un poème sur "La femme"

Mon poème "La belle inconnue" a obtenu le premier prix.

 

Prix Jean de La Fontaine, une fable dans le style du poète

Un deuxième prix pour mon poème "Le loup et le lièvre"

 

Prix Victor Hugo

Troisième place exæquo pour mon poème "Le réfugié"

 

C'était une journée comme je les aime... Pleine d'émotion et de charme, et j'ai eu l'occasion de rencontrer des gens vraiment intéressants. Des poètes, bien sûr, mais aussi monsieur le maire, qui fait beaucoup pour la culture, aussi bien pour la littérature que pour la musique, et qui a aimé non seulement mes petits poèmes mais également les recueils que je lui ai gracieusement offerts. L'un était pour lui-même, et il a choisi mon tout premier "Poèmes d'aujourd'hui", que j'ai bien sûr dédicacé. Je lui en ai remis deux ou trois autres qui seront disponibles dans la médiathèque de Chasseneuil, en espérant de cette manière me faire connaître en tant que poète dans la région.

J'ai trouvé utile de prendre une carte de membre afin de pouvoir participer à d'autres concours, et j'en ai profité pour proposer un recueil au Prix Max-Firmin Leclerc. Résultats aux environs du mois d'août...

Vous pourrez lire ces trois poèmes sur le site, et surtout ne vous gênez pas de faire des commentaires...

Dans un autre contexte, je participe également à différents concours, dont celui de la RATP, et un qui me tient particulièrement à coeur, celui du IOWDOK, organisation internationale qui de mars à septembre prime le plus beau poème du mois. Chaque année, un thème différent... Je m'étais distingué en 2016 avec "Le désir perdu" et "L'amitié sans limite", sur le thème de l'amitié, et en 2017, sur le thème de la liberté, avec un poème du même nom, "La liberté", m'arrangeant à chaque fois d'illustrer mon texte d'un dessin réalisé à l'aide de Paint, de Microsoft Windows. Cette année, le thème est l'espérance, et j'attends avec impatience les résultats de mars, car j'ai envoyé deux textes, l'un en anglais "Better days", et l'autre en français, "Tant qu'il y a de la vie..."

J'attendrais les résultats avant de dévoiler ces poèmes au grand public, car bien entendu, beaucoup de poètes talentueux prennent part à cette compétition. Fin septembre, l'un des sept poèmes gagnants sera choisi pour être lu le jour de la cérémonie de la Flamme de l'Amitié, qui, cette fois se déroulera à Pékin. Je n'ai pas la prétention de gagner le premier prix, mais si jamais c'était le cas, je ne pense pas pouvoir me rendre à Pékin pour y lire mon poème, c'est trop loin et c'est trop cher, malheureusement. Mais bon, nous sommes des poètes, alors nous avons le droit de rêver, hein... 

 

 

Comments

Lecture de poésie en gabarre

 

Dimanche 8 juillet 2018 à Bergerac, je lirai pour vous et, je l'espère, avec vous, de merveilleux textes de poésie néoclassique au fil de l'eau.

Les places sont limitées à 50 personnes par session, et pour l'occasion, je devrai louer la gabarre, c'est donc pour couvrir les frais que je demande une cotisation de € 10 par personne.

En fin de séance, je me ferai un plaisir de dédicacer des recueils à ceux qui en voudront.

Il est possible que d'autres poètes m'accompagnent dans cette aventure poétique, avec leur style propre.

Pour réserver votre place, cliquez sur le lien ci-dessous.

 https://www.inscription-facile.com/form/stfA8CsONGv0m26UK23i

Comments

International Poetry Contest IOWDOK

Remise des prix le 20 septembre à New York.

Thème : La Liberté

Mon poème sur la liberté a été sélectionné comme le plus beau poème du mois de décembre 2016, (voir sur le site IOWDOK, section Concours de poésie 2017), il a donc une chance sur 9 de gagner le premier prix.

Wish me good luck !

 

 

La liberté

 

Elle est comme un démon qui vient hanter ma vie,

Un désir merveilleux qui grandit chaque jour,

Plus brûlant que le feu et plus fort que l’amour,

Une étrange émotion, un goût de paradis ;

 

Elle est un idéal, un rêve inespéré,

Et certains n’ont vécu que pour le voir éclore,

D’autres se sont battus, parfois jusqu’à la mort,

Tombant l’air triomphal en criant « liberté » ;

 

Et rien n’est plus précieux que ce mot de velours,

Quand la révolution, qui n’attend plus que lui,

Se complote dans l’ombre entre les insoumis ;

 

Ceux qui n’en rêvent plus ne savent pas encore

Qu’ils manquent de courage et manquent de bravoure…

Comme un oiseau en cage, enchaîné pour toujours.

 

 

Michel Armand DEMAI

 

                         

 

 

 

 

 

 

 

Comments (2)

Mon tout dernier poème, qui n'est pas vraiment un hommage aux Présidents... :)

Il fera néanmoins partie de mon prochain recueil...

 

 

 

Les Présidents

 

 

 

Ils n’ont jamais connu que l’envers du décor,

 

Ils n’ont jamais aimé que la guerre et le sang,

 

Ils ont persécuté des pauvres innocents,

 

Et toujours défendu la raison du plus fort ;

 

 

 

Ils ont souvent triché pour la gloire ou l’argent,

 

Volé ce qu’ils ont pu sans le moindre remord,

 

Amassé des tributs, amassé des trésors,

 

Quand d’autres, moins doués, n’en gagnaient pas autant ;

 

 

 

Ils ont très bien vécu mais vivent mieux encore,

 

Habitent des palais qu’ils ont payés comptant,

 

Et s’offrent des laquais, des bonnes, des servants,

 

Des habits sur mesure et des montres en or ;

 

 

 

Ils sont très respectés, ils sont très importants,

 

Acclamés dans les rues, applaudis dans les ports,

 

Mais quand ils sont élus… c’est les copains d’abord,

 

Et pourquoi s’en priver quand on est Président ;

 

 

 

Quand on est corrompu, quand on n’a jamais tort,

 

On peut sélectionner les bons et les méchants,

 

Et les emprisonner s’ils sont récalcitrants,

 

Les mettre en garde à vue, les condamner à mort ;

 

 

 

On peut s’immuniser, quand on est Président,

 

Commettre des abus du soir jusqu’à l’aurore,

 

Blâmer sans retenue, jeter des mauvais sorts,

 

Et partir en congé deux ou trois fois par an ;

 

 

 

Et quand rien ne va plus, on se défile alors,

 

On ose proclamer qu’on a manqué de temps,

 

On s’invente un passé, un futur, un présent,

 

Et jure au peuple ému qu’on l’aime et qu’on l’adore.

 

 

 

 

 

Michel Armand Demai

 

04-09-2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments

J'avais participé à un concours de Flammes Vives ayant pour thème la tendresse, et ce poème, "Mon unique richesse", écrit en hommage à ma fille, a été sélectionné pour paraître dans un recueil intitulé "Variations sur le thème de la tendresse", qui devrait sortir vers le mois de décembre 2017.

Le recueil comporte 120 textes et coûte 18 euros.

Le voici donc, ce poème...

 

Mon unique richesse

 

Je voudrais lui donner le ciel et les étoiles,

Je voudrais que la vie la comble de bonheur,

Qu’elle ne soit jamais triste et qu’elle n’ait jamais peur,

Et que la liberté soit son seul idéal ;

 

Je voudrais que l’amour la touche de sa grâce,

Et qu’un Prince Charmant la couvre de tendresse,

Et jamais ni lui mente et jamais ne la blesse,

Et reste pour toujours, malgré le temps qui passe ;

 

Et je peux lui jurer que tout m’est bien égal,

Du moment qu’elle oublie ses peines et ses pleurs,

Et qu’un Prince une nuit ne lui brise le cœur ;

 

Je voudrais tant qu’un jour elle trouve enfin sa place,

Quand le monde est si grand qu’il nous désintéresse,

Et qu’on n’a qu’un enfant pour unique richesse.

 

 

Michel Armand Demai

Comments